Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 mars 2013 6 09 /03 /mars /2013 21:33

Hello Paris !

là, ça va faire mal...

On oppose d’ordinaire droit et devoir. En réalité, tout devoir est en même temps un droit. Devoir faire son service militaire, c’est avoir le droit de le faire. En Grèce, le service militaire est obligatoire ; il est pourtant interdit aux homosexuels. Cette discrimination montre a contrario qu’en Grèce le service militaire est un droit.

Il serait d’ailleurs absurde d’obliger à une action, sans en même temps la permettre.

Au lieu d'opposer droit et obligation, il faut opposer droit et absence de droit. Du droit au sens large, c’est-à-dire la permission légitime, il devient alors possible de distinguer trois concepts : le droit au sens étroit, l’interdiction, l’obligation. L’obligation est une permission légitime, comme on vient de le voir. L’interdiction également : c’est la permission de s'abstenir de faire ce qui est interdit. Le droit au sens strict, c’est une action qu’on est libre de faire ou de s'abstenir de faire.

On retrouve ainsi à propos du droit les distinctions du possible, du contingent, du nécessaire et de l’impossible.

Distinctions modales Distinctions du droit
Possible Contingent Droit au sens large Droit au sens strict
Nécessaire Impossible Obligation Interdiction

 

Le contingent est ce qui est possible et ce dont l’opposé est possible. Le nécessaire, c'est ce dont il est faux de dire que l'opposé est possible. L’impossible est ce dont il est faux de dire que c'est possible. Le droit au sens large serait alors la permission légitime, le droit au sens strict serait le droit de faire ou de s'abstenir de faire (par exemple : le droit de grève). L’obligation serait le droit de faire (par exemple, le droit de porter assistance à une personne en danger) ; et l’interdiction, le droit de s'abstenir de faire.

 

Repost 0
Published by unebellepetite - dans han, c'est mal !
commenter cet article
23 février 2013 6 23 /02 /février /2013 15:54

Hello Paris !

Le taux de fécondité mesure la confiance en l’avenir. Mais devenir parent, c’est revivre son passé. Dans une note de Boulet1, un trentenaire projeté vingt ans en arrière s’angoisse à l’idée de recommencer son enfance : « j’veux pas tout refaire ! J’ai pas le courage ». Or c’est bien à cela que sont appelés les parents. Et, bien pire, c’est passivement qu’ils auront à recommencer cette vie, puisqu’elle sera menée par leur enfant. Leur seul avantage est d’être adulte. L’idée de devoir revivre sa vie peut effrayer, et constituer un puissant motif pour faire des enfants. C’est finalement un test2 pour déterminer ce qu’on pense de sa vie.


1Note du 3/02/2013. Boulet avait déjà parlé de l'éternel retour dans la note du 18 mai 2005.
2Voici le texte de Nietzsche :
“Et si un jour ou une nuit, un démon se glissait furtivement dans ta plus solitaire solitude et te disait : «Cette vie, telle que tu la vis et l’a vécue, il te faudra la vivre encore une fois et encore d’innombrables fois ; et elle ne comportera rien de nouveau, au contraire, chaque douleur et chaque  plaisir et chaque pensée et soupir et tout ce qu’il y a dans ta vie d’indiciblement petit et grand doit pour toi revenir, et tout suivant la même succession et le même enchaînement – et également cette araignée et ce clair de lune entre les arbres, et également cet instant et moi-même. Un éternel sablier de l’existence est sans cesse renversé, et toi avec lui, poussière des  poussières ! » – Ne te jetterais-tu pas par terre en grinçant des dents et en maudissant le démon qui parla ainsi ? Ou bien as-tu vécu une fois un instant formidable où tu lui répondrais : « Tu es un dieu et jamais je n’entendis rien de plus divin ! » Si cette pensée s’emparait de toi, elle te métamorphoserait, toi, tel que tu es, et, peut-être, t’écraserait ; la question, posée à  propos de tout et de chaque chose, «veux-tu ceci encore une fois et encore d’innombrables fois ? » ferait peser sur ton agir le poids le plus lourd ! Ou combien te faudrait-il aimer et toi-même et la vie pour ne plus aspirer à rien d’autre qu’à donner cette approbation et apposer ce sceau ultime et éternel ?”
Friedrich Nietzsche, Le Gai Savoir, § 341, trad. P. Wotling, Flammarion, coll. «GF»
Repost 0
Published by unebellepetite - dans Ma philosophie, eh ouais !
commenter cet article
17 février 2013 7 17 /02 /février /2013 21:55

Hello Paris !

certains arguments athées sont tellement stupides qu’il suffit de les énoncer pour qu’ils s’effondrent. « C’est l’homme qui a créé Dieu » en est un exemple. Le présupposé, c’est que si quelque chose est une création humaine, alors il est faux que cela existe. Or ce présupposé est intenable : il conduit par exemple à nier l’existence des frigo, du Parthénon, du calcul des probabilités ou de Roméo et Juliette, qui sont des créations humaines. Il est même faux qu’existent des créateurs humains, puisque créer quelque chose, c’est le rendre existant, alors que les créations humaines sont privées d’existence. Et cela vaut aussi de la création de Dieu par l’humain. Donc, si l’humain a créé Dieu, alors il est faux que Dieu existe ; mais s’il est faux que Dieu existe, il est faux que l’humain l’ait créé.

 

Repost 0
10 février 2013 7 10 /02 /février /2013 11:16

Hello Paris !

beaucoup de Français sont des catholiques athées. Ils professent leur athéisme, en niant vigoureusement l'existence de Dieu. Mais pour le reste, ils sont catholiques. Cela concerne d'une part leur pratique cultuelle (ils ont été baptisés, ils se marient à l'église, font eux-mêmes baptiser leurs enfants, et posent une croix sur leur dernière couche). Mais cela s'étend à leurs croyances. Comme ils lisent peu la Bible, ils croient qu'il y avait des pommiers dans le jardin d'Eden. Au reste, ils s'en tiennent à l'interprétation catholique, car pour eux l'église est infaillible : ils admettent par exemple sans réserve que la Bible affirme la Trinité, ou la virginité de la mère de Jésus. Ils suivent l'interprétation augustinienne du péché originel, et croient que la Bible interdit d'une part le plaisir sexuel, et rabat d'autre part la sexualité sur la procréation. Leur vie quotidienne est rythmée par la tradition catholique : les ventes de galettes explosent à l'épiphanie, celles de chocolat à Pâques, celles de chrysanthèmes à la toussaint. Ils ont protesté quand la Pentecôte cessa d'être chômée. Ils protesteraient si l'Aïd musulmane ou le Yom Kippour le devenaient. Ils fêtent leurs saints chaque jour, dont le nom leur est rappelé dans les journaux, à la télévision ou sur les calendriers. Ils écoutent France Info, pour se tenir informés des dernières recommandations que leur y adresse Joseph Ratzinger, que cette station, comme cela est l'usage chez tous les autres catholiques, appelle "le Pape", "le Souverain pontife", ou encore "Benoît XVI". En voyage, ils visitent des églises, dont ils aiment entendre les cloches.

On dira : il est impossible que de telles gens existent, c'est par trop contradictoire. Mais l'athéisme est une position contradictoire.

Repost 0
Published by unebellepetite - dans Religion
commenter cet article
30 janvier 2013 3 30 /01 /janvier /2013 22:44

Hello Paris !

Alors ce verset :

"Vous tous, qui avez été baptisés en Christ, vous avez revêtu Christ. Il n'y a plus ni Juif ni Grec, il n'y a plus ni esclave ni libre, il n'y a plus ni homme ni femme ; car tous vous êtes un en Jésus Christ" (Galates 3.27-28).

Alors bien entendu, la question de la cohérence avec l’Epître aux Ephésiens et l’Epître aux Corinthiens doit être posée. Je crois que dans Galates Paul atteint les sommets de la religion ouverte, quand Corinthiens est aux confins de la religion fermée.

Et à choisir je préfère Galates. 

 

 

Repost 0
Published by unebellepetite - dans Religion
commenter cet article
24 janvier 2013 4 24 /01 /janvier /2013 11:25

Hello Paris !

j'ai toujours été contre le divorce. C'est quoi l'intérêt de se marier pour divorcer ? Le droit au divorce existe, soit. Mais "il vaut mieux être divorcé et heureux", très peu pour moi. Une vie de famille épanouie vaut beaucoup mieux que le bonheur. Si tu veux être heureux, renonce au mariage. Se marier, c'est mettre de côté sa petite personne, pour fonder une famille. C'est un don, incompatible avec l'égoïsme. Bon, j'en viens à Paul. Paul interdit le divorce (1 Corinthiens 7.10 et 11). Mais il sait que des maris répudient leur femme, ou que les épouses se séparent de leur mari. Il demande à celles-ci de se réconcilier avec leur mari, du moins si celui-ci est chrétien. En cas d'échec, il interdit le remariage (1 Corinthiens 7.11), et il a bien raison. Qu'est-ce qu'on remarque ? Que Paul est pragmatique. D'accord le divorce est interdit. Mais que se passe-t-il si une femme quitte son mari ? Paul s'abtient de la condamner. Il dit seulement qu'elle doit se réconcilier ou rester seule. Paul se refuse à écrire qu'elle doit retourner chez son mari ou que celui-ci a un droit sur elle. Quant aux maris autres que chrétiens, ils peuvent partir sans que l'épouse ait à les retenir  (1 Corinthiens 7.15). Comme je l'ai déjà dit, il est clair que le caractère de Paul le portait à la misogynie. Mais ses lignes sur le divorce me paraissent vraiment libératrices pour les femmes.

Repost 0
Published by unebellepetite - dans Religion
commenter cet article
18 janvier 2013 5 18 /01 /janvier /2013 15:06

Hello Paris !

aujourd'hui, un article tout facile tout doux sur un verset extrèmement complexe à interpréter : "Que les femmes se taisent dans les assemblées, car il ne leur est pas permis d'y parler; mais qu'elles soient soumises, selon que le dit aussi la loi." (1 Corinthiens 14.34). Comment en faire une lecture féministe ? Je propose de replacer 1 Corinthiens dans son contexte. C'est le bronx chez les Corinthiens et Paul fait son grand-frère. Mais les Corinthiens sont un peu "limités" (il y en a un qui couche avec la femme de son père, et Paul, ça le choque). Du coup, Paul s'adapte : il lui est impossible de leur faire entendre la parole dans ce qu'elle a de plus exigeant, alors il se met au niveau des Corinthiens, en leur rappelant leurs règles de vie en commun. C'est le sens du verset : "Je vous ai donné du lait, non de la nourriture solide, car vous ne pouviez pas la supporter; et vous ne le pouvez pas même à présent, parce que vous êtes encore charnels." (1 Corinthiens 3.2). Son enseignement aux Corinthiens est liquide1, et destiné à disparaître, à la différence d'une nourriture solide, qui tient au corps. Ce que dit Paul aux Corinthiens est donc loin d'être définitif. Maintenant, projetons-nous dans ces sociétés traditionnelles, que j'imagine plutôt misogynes. Si pendant la messe les femmes bavardent ou se disputent, si elles y sont indisciplinées, c'est que quelque chose va mal dans ce groupe misogyne, c'est qu'il est en crise. S'il est en crise, l'église risque l'implosion, ce que Paul tient à éviter. C'est pourquoi ils rappellent les Corinthiennes à l'ordre corinthien. Mais ce qui vaut pour les Corinthiens peut être sans valeur, voire dangereux, pour un groupe où les femmes sont émancipées. 

 

 


1 La référence à la loi dans 1 Corinthiens 14.34 s'inscrit dans le même registre, puisque Christ dégage de la loi les croyants (Romains 7.6). 

Repost 0
Published by unebellepetite - dans Religion
commenter cet article
11 janvier 2013 5 11 /01 /janvier /2013 09:26

hello Paris !

je vais déjà régler son compte à ce verset qu'on lit dans les mariages sans se demander ce qu'il signifie au juste. Avant tout, on pourrait se demander si Ephésiens a bien Paul de Tarse pour auteur (Ephésiens 2.15 pose problème), mais l'inspiration paulinienne est hors de cause. Que dire maintenant ? D'abord, l'auteur d'Ephésiens parle de la soumission de l'épouse au mari, ce qui interdit de conclure à la soumission de la femme à l'homme : même pour une femme, le célibat vaut mieux que le mariage (par exemple 1 Corinthiens 7.28). Ensuite, le verset qui précède le mien écrit : "vous soumettant les uns aux autres dans la crainte de Christ" (Ephésiens 5.21). Les chrétiens sont soumis les uns aux autres. Du point de vue du monde, l'église est anarchique : chacun est soumis à chacun et tous dominent sur tous. Comment l'église peut-elle alors éviter le chaos ? En réalité, il y a bien un chef de l'église : c'est Christ (Ephésiens 5.23). En tant qu'épouse, la femme est soumise à son mari. Mais son mari lui est soumis en tant que membre de l'église. Et ce qui assure l'harmonie du couple, c'est qu'épouse comme mari sont tous deux soumis à Christ.

Repost 0
Published by unebellepetite - dans Religion
commenter cet article
5 janvier 2013 6 05 /01 /janvier /2013 23:05

Hello Paris !

c'est devenu un tel cliché de dénoncer la misogynie de saint Paul qu'il me paraît urgent de montrer comment, au moyen des textes attribués à Paul, on peut lutter contre la mysoginie, celle de Paul d'une part, et celle qu'on attribue au christianisme d'autre part. Autrement dit, les textes attribués Paul sont d'une telle puissance qu'ils dépassent les intentions misogynes de leur auteur supposé. C'est ce que je tenterai de faire voir dans les notes qui suivent.

Repost 0
Published by unebellepetite - dans Religion
commenter cet article
1 janvier 2013 2 01 /01 /janvier /2013 22:17

Hello Paris !

meilleurs voeux, à tous ceux qui me suivent bien entendu, mais d'abord et surtout à tout le monde ! Je vous souhaite beaucoup d'amour, à donner et à recevoir. Mais je souhaite aussi que les peuples accèdent à plus de justice. Maintenant, les athées m'objecteront sans doute, (peu) inspirés comme ils sont, que c'est inutile de faire des voeux. Les agnostiques avoueront quant à eux se demander si ça sert bien à quelque chose de fêter le nouvel an, dans la mesure où La Science laisse indémontrée l'efficacité supposée des voeux. Curieusement, peut-être sous l'effet de l'alcool, du crack, de l'ecstasy et/ou du ghb, athées comme agnostiques étaient sans doute hier soir en train de se souhaiter la bonne année. Tant mieux ! Au moins sont-ils moins stupides dans ce comportement que dans leur opinion.

Repost 0
Published by unebellepetite - dans Religion
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de unebellepetite
  • Le blog de unebellepetite
  • : tu penses ?
  • Contact

Réponses

Recherche

Archives