Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 septembre 2011 7 11 /09 /septembre /2011 18:06

Hello Paris !

Un truc qu’il faut dire à propos des défauts, c’est qu’un défaut dépend des circonstances. Dans Cyrano, Christian est courageux à la guerre, mais lâche devant Roxane (les gars de Max Dormoy, c’est plutôt le contraire, mais c’est un autre problème). Moi quand j’arrive dans un groupe que je connais mal, je suis plutôt timide, mais c’est de courte durée. En général, nos défauts sont fonctions de la situation. Britney Spears est intelligente quand elle chante et quand elle danse, mais quelquefois, elle a vraiment l’air bête. La bêtise, il faut la considérer autrement que comme un poids qui ralentit l’intelligence, parce qu’en fait dans certaines situations une personne sera bête, et intelligente dans une autre. Ribéry, quand il parle, on a du mal à croire qu’il puisse avoir « l’intelligence du jeu ». Evidemment, c’est aussi vrai des qualités : elles dépendent des circonstances. Aristote avait dit des trucs de genre : quand on parle des vertus, il faut toujours « ajouter de la façon qu’il faut et de la façon qu’il ne faut pas ou au moment où il faut, et toutes les autres additions » (c’est dans le deuxième livre de l’Ethique à Nicomaque, au chapitre 2). Mais pour Aristote, les qualités et les défauts sont produits par l’habitude : « La vertu morale est le produit de l’habitude » (c’est au tout début du deuxième livre). Déjà, rien que ça, c’est contestable. L’habitude a été un concept très utile dans l’histoire de la philosophie, parce qu’elle rend possible une explication rationnelle des comportements. Mais en même temps c’est très lourd comme concept. De toute façon, ce que je dis est très différent d’Aristote. Il voulait dire que la lâcheté se manifestait dans telle circonstance donnée. Il disait : si dans telle situation, tu agis de telle façon, alors tu es tel ou tel. Par exemple, à la guerre, si les renforts tardent à arriver, et que tu fuis, alors tu es un lâche. Ce que je dis moi est différent : je dis autre chose que « un lâche va commettre des actes lâches dans des circonstances où un courageux fera preuve de courage ». Moi je dis : la même personne peut être courageuse dans telles circonstances et lâches dans telles autres. Pour Aristote, si on est lâche on est lâche, et que cela se manifeste dans telle et telle situation. C’est pourquoi sur la question des défauts ma position diffère de ce qu’Aristote dit des vices.

Partager cet article

Repost 0
Published by unebellepetite - dans han, c'est mal !
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de unebellepetite
  • Le blog de unebellepetite
  • : tu penses ?
  • Contact

Réponses

Recherche

Archives